Project

Contexte du projet

On comprend ainsi que, bien que strictement interdit, le trafic illégal des animaux prospère dans la vallée du Ribeira. La capture et la vente d'animaux sauvages sont des sources de revenus attrayantes. Mais ce trafic illégal met en danger la biodiversité et l' équilibre biologique de cette zone protégée pa la loi. Il est connu que jusqu'à 90% des animaux capturés succombent aux conditions misérables de leur transport.

Plusieurs espèces provenant de la forêt tropicale atlantique ont déjà leur place sur la liste rouge mondiale des espèces menacées: Il en va ainsi de l'oncille (gato-do-mato pequeno, leopardus tigrinus) et du singe-lion doré, que l'on ne rencontre plus que très rarement dans leur habitat naturel. Devenus précieux par leur rarité, les animaux menacés d'extinction n'en sont que plus convoités. 

Les oiseaux – et surtout les perroquets - sont  particulièrement recherchés par les trafiquants, qui les dissimulent et les transportent dans des rouleaux de papier hygiénique, des rouleaux de cartons, des briques de lait et autres récipients totalement inadaptés, dans lesquels la majeure partie des animaux capturés meurent de stress ou d'étouffement.  Il y a environ deux ans, sur la route qui relie Barra do Turvo à Iporanga, la police a intercepté un véhicule à bord duquel se trouvaient 150 oiseaux cachés dans des briques de lait! 

Les  pays européens représentent la majeure destination des animaux capturés par braconnage.

Le gouvernement brésilien combat le trafic illégal d'animaux. La police de l'environnement arrête les trafiquants, mais ne dispose d'aucune infrastructure adaptée aux besoins des espèces confisquées et ne peut recevoir aucun animal sauvage, encore moins le préparer à sa réintroduction dans son habitat naturel.

C'est ainsi que les animaux confisqués par la police continuent à végéter dans des cages minuscules, après leur „libération“.  

tiere

Des animaux confisqués par la police, source: www.petrede.com

Schreieule 2  in der Pflege

Une chouette hurleuse

psittaciden in der Pflege2

Perroquets et perruches

Notre futur centre doit permettre aux animaux provenant du trafic illégal de recouvrer leur liberté dans leur habitat naturel. Au Brésil, ce type de centre se nomme ASMAS (Area de Soltura e de Monitoramento de Animais Silvestres). Aucun centre de ce genre n'existe dans notre région.  La construction d'un ASMAS est règlementée au niveau de l'état, fait l'objet de nombreuses restrictions d'ordre administratif, et est soumise à un contrôle sévère de la part des autorités.

Notre projet permet d'une part de soutenir les autorités dans leur combat contre le trafic illégal d'animaux, et donne d'autre part une seconde chance aux animaux confisqués. 

En outre, à moyen terme, c'est toute la valée du Ribeira qui va profiter de notre futur centre. Une fôret tropicale intacte attire le tourisme écologique, qui à son tour représente une source de revenus à long-terme pour la population de cette région défavorisée.  En protégeant la forêt tropicale atlantique et sa faune, nous participons au développement économique de la Valée du Ribeira, qui en a bien besoin! Si tous les habitants de la région recevaient un salaire suffisant, il y aurait moins de braconniers. 

Ainsi, notre projet ne se borne pas à viser la protection de la faune de la forêt tropicale atlantique, mais aura des répercussions positives sur le développement économique de cette région pauvre et isolée. 

Nous prévoyons également d'informer la population, en particulier les enfants et les adolescents.  En association avec les écoles locales, nous avons commencé à organiser des exposés sur les animaux sauvages et leurs besoins, dans l'espoir d' inciter les générations futures  à protéger les animaux et l'environnement. 

Nous avons fondé notre association suisse dans le but de consolider notre projet sur le plan financier et d'assurer la réalisation durable des objectifs décrits plus haut.

Nous recherchons des amis de la nature et des animaux, prêts à soutenir notre projet sur le plan moral et financier. De notre côté, nous nous engageons à gérer de façon pondérée tous les fonds reçus.

karte zentrum

Carte du centre

Le centre est situé au milieu de réserves naturelles (verte).                                                        

Satellitenbild Zentrum

Image satellite

Image satellite de l'emplacement du centre.

Retrospective

 

En 2016, nous avons enfin pu commencer la construction du centre, après avoir satisfait les nombreuses exigences des autorités gouvernementales et obtenu les autorisations obligatoires pour la réalisation de notre projet. De grosses machines ont été nécessaires pour préparer le terrain avant d´ériger les locaux, mais grâce à des dons généreux et au travail de plusieurs volontaires enthousiastes ainsi que de de notre équipe, les travaux ont progressé rapidement. 

Le gros oeuvre fut achevé au début de 2017. Notre centre comprend une salle de réception, une cuisine, un petit cabinet vétérinaire, une chambre avec douche/WC pour nos stagiaires, un entrepôt pour la nourriture des animaux et une terrasse. 

Notre présence intimide les braconniers habitués à chasser dans la Réserve Betary, et ceux-ci n´ont plus été vus depuis un moment dans la région. En outre, nous sommes informés immédiatement lorsqu´ un animal blessé est signalé.

Nous entretenons d ´excellents contacts avec les communautés locales (Quilombos). Nous les informons des conséquences désastreuses du braconnage dans la région. Les chefs de ces communautés sont nos alliés contre le braconnage et nous organisons ensemble des soirées d´ínformation ainsi que diverses  stratégies pour protéger les animaux sauvages.

 

bau 2

La route d'accès est créée

lieferung ziegel

Livraison tuiles

Bau des Zentrums

Le bâtiment se développe

Baufortschritt

La coquille du centre

zentrum 2016

Le progrès

Perspective

Isaìas, notre directeur technique, vient de solliciter une autorisation d´exploitation auprès de la “Secretaria do Meio-Ambiente” à São Paulo. Notre centre doit être soumis à une inspection avant d´obtenir cette ultime autorisation. Après cela nous pourrons enfin réadapter et relâcher à grande échelle les animaux qui nous seront confiés.

Juste avant leur remise en liberté, les oiseaux seront annelés et les mammifères munis d´un chip. Nous pourrons ainsi observer leur comportement en liberté pendant plusieurs mois. Les informations obtenues seront envoyées aux autorités compétentes.  

Isaìas a déjà commencé à planter des arbres fruitiers et d´autres plantes pour garantir l´alimentation de nos protégés: bananiers, papayers, fruits de la passion, manioc, canne à sucre et autres végétaux natifs de la region. Nos ennemis sont les fourmis, qui peuvent dénuder un arbuste en une nuit.

aussenvoliere

Volière extérieur

Anlage fertig

Etat actuel du bâtiment.

Ce qu´il nous faut encore acquérir

  • Des meubles (chaises, lits, etc.)
  • Une partie de l´ameublement du cabinet vétérinaire (un binoculaire, des instruments médicaux, etc.)
  • Des plantes alimentaires (bananiers, papayers etc.)
  • Un vehicle de transport
  • Des fonds pour les coûts d´entretien journaliers